Home / Actualités économiques / Une nouvelle startup parrainée par Toyota fait bouger les transports en commun à Bamako

Une nouvelle startup parrainée par Toyota fait bouger les transports en commun à Bamako

Soumis par Alexandre Laure et Simon Duchatelet

Comme beaucoup de villes africaines, la population de Bamako (2,3 millions d’habitants) augmente rapidement au rythme de 5 % par an environ. Alors que les gens affluent de plus en plus vers la ville, son réseau routier subit une pression accrue, en particulier lorsqu’il s’agit des transports publics.

Les taxis traditionnels sont trop chers pour l’usager moyen et l’option alternative, les SOTRAMA ou véhicules publics, sont inconfortables et lents, débordant de passagers sur les routes de Bamako.

Dans de nombreuses villes africaines, les taxis-motos deviennent populaires mais sont toujours confrontés au même problème de mobilité urbaine. CFAO Automotive, la filiale africaine de Toyota, a réalisé une analyse de marché pour voir si un service de taxi-moto de type Uber était réalisable à Bamako. L’entreprise a constaté qu’il y avait un énorme potentiel de marché pour une alternative sûre, pratique et bon marché aux options existantes, non seulement à Bamako mais sur tout le continent.

Rapport qualité-prix de l’utilisation de Teliman à Bamako :

C’est 5 fois plus rapide que le SOTRAMA et 4 fois moins cher que les taxis.

Thomas Gajan, directeur de l’innovation et du développement de CFAO Automotive, souligne l’évolution rapide du paysage des constructeurs automobiles dans le monde entier. CFAO explore de nouveaux marchés pour les services de mobilité et a pris des parts dans des entreprises telles que Sendy, une société de livraison kenyane avec un réseau de plus de 300 chauffeurs et une application mobile pour les services de livraison à la demande. Ancien de l’incubateur mLab mis en place par le Groupe de la Banque mondiale au Kenya et du programme d’accélération panafricain XL Africa, Sendy, il a réussi à faciliter plus de 11 000 livraisons par mois et a récemment reçu un financement de 2 millions de dollars.

Après avoir travaillé avec Sendy et maintenant confiant dans le potentiel du marché, CFAO a décidé de développer un service de taxi-moto à Bamako. La Banque mondiale a saisi l’opportunité pour réunir cette entreprise multinationale et l’écosystème tech et startup émergent du Mali. Le résultat a été Teliman, une application mobile de transport à la demande, qui a jusqu’à présent levé 0,7 million de dollars auprès de CFAO et de business angels ou investisseurs privés locaux.

Teliman est en effet issu d’un hackathon sponsorisé par la Banque Mondiale et organisé avec Mali’Innov, un consortium d’incubateurs maliens, pour faciliter l’innovation ouverte entre les startups locales et CFAO. Travailler avec des startups locales est un axe d’évolution évident pour les grandes entreprises parce qu’elles ont tous les avantages qu’un grand acteur n’a pas : elles sont flexibles, à l’écoute du terrain, s’adaptant constamment aux changements du marché. À l’heure actuelle, 68 % des 100 premières entreprises du Forbes Global 500 collaborent avec des startups.

« Teliman n’est pas une idée imposée de l’extérieur : c’est une solution locale à un problème identifié sur le marché local », affirme Abdoulaye Maiga, directeur technique de Teliman. Thomas Gajan approuve, ajoutant qu’il considère le projet comme une réponse aux défis sociaux au Mali, en créant des emplois pour les jeunes et en endiguant la vague de migration de la région vers l’Europe. Il insiste sur l’importance de développer un produit qu’une communauté entière peut soutenir. « En tant qu’investisseur privé, nous avons la possibilité de mettre sur le marché un produit conçu et mis en œuvre par de jeunes entrepreneurs maliens qui génère de la valeur et de l’emploi. »

C’est sur la question de la confiance que Gajan a applaudi le rôle de la Banque mondiale dans le processus. « Dans un contexte comme celui du Mali, il faut de la confiance. La Banque a vraiment apporté cette crédibilité pour inspirer la confiance, en particulier parmi les entrepreneurs. C’est ce que j’entends par valeur partagée : il ne s’agit pas seulement de voir un manque sur le marché – si vous avez quelque chose de bon, alors tout l’écosystème vous soutiendra. »

Le hackathon a également généré une équipe de développeurs pour Teliman, y compris le directeur technique et plusieurs des membres fondateurs, démontrant le potentiel de l’innovation ouverte pour attirer et identifier les véritables talents.

Teliman et CFAO espèrent à la fois sécuriser l’offre de chauffeurs formés et professionnels et stimuler la demande via une application pratique, un service de haute qualité et des paiements mobiles faciles. Teliman a lancé sa première cohorte de conducteurs comme prototype pour montrer que le modèle est rentable et sûr, non seulement pour les clients mais aussi pour les futurs conducteurs. D’ici décembre, une flotte d’une centaine de conducteurs pourrait être sur la route, et 1 200 autres sont prévus d’ici la fin de 2019.

Il y a actuellement 600 000 usagers quotidiens à Bamako : « si nous passons à l’échelle, nous pourrions capter 10 % du marché », dit Maiga. En cinq ans, Teliman pourrait créer 20 000 emplois pour la population malienne. Teliman est un témoignage de ce qui peut être réalisé grâce à l’innovation ouverte et à l’approche de maximisation des financements pour le développement (a). Elle a réuni différents acteurs pour trouver une solution à un problème de développement.

Il s’agit d’une forme de transport en commun auto-suffisant qui génère des emplois et de la demande pour d’autres services

Check Also

Une hausse de l’inflation mondiale pourrait peser sur les économies en développement et émergentes

Selon une étude approfondie, les forces mondiales sont en grande partie responsables du recul de …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *