Home / Actualités économiques / Les synergies entre la ZLECA et l’ALE tripartite profiteront aux négociants et aux consommateurs africains, selon la Chef de la CEA

Les synergies entre la ZLECA et l’ALE tripartite profiteront aux négociants et aux consommateurs africains, selon la Chef de la CEA

Addis-Abeba, le 18 juin 2018 (CEA) – La Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique, Vera Songwe, félicite les représentants du groupe tripartite comprenant le COMESA, la CAE et la SADC pour leur travail sur les synergies entre la Zone de libre-échange tripartite et la Zone de libre-échange continentale africaine – ZLECA, signée cette année par les États membres de l’Union africaine.

« Le texte négocié de la ZLECA, les idées mises sur papier et signées par nos chefs d’État en mars résultent du bon travail des négociateurs tripartites », déclare-t-elle, ajoutant que « la forme et la structure de la ZLECA et nombreuses de ses solutions, des barrières non tarifaires aux mesures correctives commerciales, ont été créées ici dans le cadre des négociations tripartites ».

En faisant avancer les synergies, elle appelle les organes tripartites à œuvrer à la mise en commun des ressources pour des gains d’efficacité, en soulignant que là où le tripartisme a déjà connu des succès, « ils peuvent être imités à l’échelle continentale ».

Le mécanisme de barrière non tarifaire tripartite est un bon exemple et, comme Mme Songwe l’explique, plus de 510 plaintes enregistrées dans la région tripartite ont été résolues. « Cela est important parce que les entreprises indiquent bien souvent que de telles barrières sont beaucoup plus lourdes que les tarifs ».

Elle souligne également que la ZLECA « bénéficiera de façon appréciable du déploiement continental du mécanisme de barrière non tarifaire tripartite, qui est déjà prévu dans l’annexe sur les obstacles non tarifaires de la ZLECA ».

En outre, fait savoir Songwe, il peut également y avoir des cas où ce qui est convenu au niveau continental peut être appliqué dans la zone tripartite. À cet égard, elle indique que les négociations de la deuxième phase de la ZLECA sur la concurrence, la propriété intellectuelle et l’investissement ainsi qu’un secrétariat doté de ressources suffisantes pour faire avancer les négociations, fournir des moyens techniques de lobbying au niveau politique et affiner ce qui peut être difficile à négocier », sont des exemples de domaines critiques.

« Nous, à la CEA, plaidons fermement en faveur d’un Secrétariat tripartite solide », évoque-t-elle.

Elle informe la réunion que la tripartite peut constituer une plateforme précieuse pour l’agrégation et la consolidation des positions de négociation. « Plutôt qu’une négociation de 55 partis, cela permet de rationaliser la ZLECA dans un pays où 26 membres ont des positions consolidées », dit Songwe.

Selon la CEA, cela apparaît déjà dans les négociations de la ZLECA mais il est évident qu’il est possible de profiter de tels gains d’efficacité. « En ce qui concerne les règles d’origine, par exemple, le groupe tripartite peut souhaiter apporter à la plate-forme continentale, le travail acharné qu’ils ont entrepris pour identifier les positions de règles communes et, ce faisant, aider à accélérer le rythme des travaux de la ZLECA dans ce domaine », prie-t-elle.

Mme Songwe souligne que lorsqu’il s’agit de mise en œuvre « nous devons avoir en tête le type de synergies qui visent notre objectif ultime : rendre le paysage commercial en Afrique plus simple, plus abordable et plus facile pour nos entreprises, nos commerçants et nos consommateurs ».

« Nous devons donc faire très attention à ce que des initiatives telles que la Tripartite et la ZLECA n’aggravent pas la complexité des zones et des initiatives commerciales chevauchantes des CER en Afrique », informe-t-elle.

Soulignant qu’il n’existe pas de réponses faciles, elle dit que des solutions peuvent être mises en œuvre et que les secrétariats et les institutions de la Tripartite, de la ZLECA et des CER seront alignés pour travailler en étroite collaboration. « À moyen terme, la consolidation des régimes commerciaux en Afrique peut impliquer l’harmonisation de ce qui s’avère efficace dans un contexte – tel que le mécanisme tripartite non tarifaire susmentionné ».

« Travailler en étroite collaboration signifie bien travailler », souligne Songwe, ajoutant que les négociations tripartites et de la ZLECA se concluant et progressant vers la mise en œuvre, la CEA « se tient prête comme partenaire de soutien avec des services consultatifs techniques et de renforcement de capacités, notamment dans les domaines où il existe des complémentarités entre la ZLECA et la Tripartite ».

« Ce sont nos entreprises, nos négociants et nos consommateurs qui échangent des biens à travers lesquels la Tripartite et la ZLECA doivent servir », note-t-elle, ajoutant que la CEA « abordera de plus en plus ce sujet en approfondissant la collaboration avec le secteur privé pour soutenir les politiques commerciales, parmi d’autres domaines ».

Elle exprime également son engagement à soutenir l’Accord de libre-échange tripartite et la ZLECA, notamment par le biais d’un soutien technique aux États membres, de la recherche technique et de l’Indice de l’activité commerciale de la ZLECA (AfCFTA Business Index) que le Centre pour la politique commerciale de la CEA développe actuellement comme outil de suivi pour évaluer la prestation de la ZLECA dans la réalisation de ces gains attendus.

CEA

Check Also

1e édition du Marché de l’énergie en Afrique de la Banque africaine de développement

La première édition du Marché de l’énergie en Afrique (MEA) s’est tenue les 5 et …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *