Home / Actualités économiques / L’Afrique se transforme : plus de financements pour viser plus haut

L’Afrique se transforme : plus de financements pour viser plus haut

De l’innovation de pointe dans les services financiers mobiles à la conversion à grande échelle aux énergies renouvelables, en passant par le renforcement du capital humain : aux quatre coins de l’Afrique, des pays poursuivent des objectifs de développement ambitieux.

La Banque mondiale accompagne leurs aspirations, avec le soutien sans faille des partenaires au développement. Dans le cadre de la 18e reconstitution des ressources de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, une enveloppe de 45 milliards de dollars a été allouée à 39 pays d’Afrique subsaharienne. IDA-18 marque un montant record de contributions et fait de l’IDA une source primordiale d’aide au développement. Surtout, elle traduit l’engagement inébranlable pris par l’institution, devant ses clients et ses partenaires, de catalyser la transformation et d’accélérer les progrès.

Nous nous sommes immédiatement mis au travail. Dès la première année du cycle d’IDA-18, nous avons investi 15,4 milliards de dollars dans des nouveaux projets et programmes en Afrique, soit un montant supérieur de 50 % à la moyenne annuelle d’IDA-17. Jamais nous n’avions engagé autant de ressources en une seule année.

Nous avons mobilisé de nouveaux financements pour aider des pays comme Madagascar à renforcer les systèmes éducatifs et sanitaires afin de donner aux plus jeunes un bon départ dans la vie. Nous soutenons les efforts des pays du Sahel pour faire reculer les mariages précoces et donner aux filles et aux femmes, à travers l’éducation et les soins de santé génésique, les moyens de leur autonomisation. Plus largement, nous contribuons à renforcer les compétences et l’employabilité de la jeunesse africaine dans des métiers en tension susceptibles d’alimenter la diversification économique et une économie numérique en plein essor.

Avec IDA-18, nous apportons une aide dédiée aux réfugiés et aux communautés d’accueil dans de nombreux pays, comme le Cameroun et l’Ouganda. Nous soutenons aussi les pays ravagés par les conflits et les violences pour qu’ils puissent reconstruire leurs infrastructures essentielles et leurs services sociaux et, ce faisant, renforcer la productivité et offrir plus de perspectives économiques à leur population.

Nous aidons les pays à atténuer les changements climatiques et à s’y adapter en augmentant le niveau d’investissements dans une agriculture climato-intelligente, la lutte contre l’érosion côtière et le développement des services hydrométéorologiques. L’an dernier, un niveau record de nouveaux engagements a permis d’atteindre un taux de 25 % d’avantages climatiques indirects dans l’ensemble de nos opérations, bien au-delà de notre cible initiale. Nos efforts pour faire face aux conséquences du changement climatique ont un impact mondial, comme l’illustre le programme de gestion du littoral ouest-africain.

Nous développons également les marchés des énergies renouvelables pour apporter une réponse durable aux graves pénuries d’énergie. La République centrafricaine et la Zambie inaugurent leurs toutes premières centrales solaires à grande échelle tandis que le Kenya assure désormais plus de la moitié de son approvisionnement énergétique de manière écoresponsable.

Les progrès sont encourageants, mais nous devons accélérer nos efforts et être encore plus ambitieux. Malgré le recul du taux de pauvreté en Afrique, l’accroissement rapide de la population, de 2,6 % par an, est à l’origine d’une hausse en valeur absolue du nombre de pauvres. La région reste confrontée à des défis impressionnants, et l’IDA est plus sollicitée que jamais. En travaillant en amont et en atténuant les risques pays grâce à notre approche de maximisation des financements, nous permettons au secteur privé d’investir davantage dans le développement de l’Afrique.

Cette publication revient sur les multiples activités financées par les ressources d’IDA-18, qu’il s’agisse d’étendre des approches qui ont fait leurs preuves ou de soutenir de nouvelles initiatives ambitieuses particulièrement prometteuses. Nous vivons un moment capital pour l’Afrique et, avec le soutien réaffirmé de l’IDA, nous parvenons à faire la différence et, ensemble, à construire un avenir meilleur pour le continent.

WORLD BANK

 

Check Also

Une équipe de la Banque mondiale et du FMI se rend au Maroc pour préparer l’assemblée annuelle 2021 à Marrakech

Une équipe de haut niveau du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *