Home / Actualités économiques / Journée internationale du tourisme 2018 : le secteur en plein essor en Afrique

Journée internationale du tourisme 2018 : le secteur en plein essor en Afrique

Le 27 septembre marque, chaque année, la Journée internationale du tourisme. Selon l’Africa Tourism Monitor 2018, que la Banque africaine de développement vient de publier, l’Afrique a enregistré 62,9 millions d’arrivées internationales en 2016 – contre 17,4 millions en 1990. Et engrangé 36,2 milliards de dollars de recettes.


Journée internationale du tourisme 2018 : le secteur en plein essor en Afrique

Top 5 et destinations qui décollent en Afrique

Le Maroc figure en haut de l’affiche, avec plus de 10 millions de visiteurs pour la quatrième année consécutive, un seuil symbolique que l’Afrique du Sud a franchi pour la première fois en 2016. Ces deux pays, situés respectivement à la pointe nord et à la pointe sud du continent occupent sans conteste le haut du pavé, dominant largement leurs outsiders sur le continent. La Tunisie, qui a pris la troisième place de ce classement, a ainsi accueilli 5,72 millions de visiteurs cette même année, suivie de l’Égypte (5,26 millions), puis du Zimbabwe (2,17 millions).

Si trois des destinations de ce top 5 sont situées en Afrique du Nord, c’est l’Afrique subsaharienne qui marque un décollage certain, que souligne la dernière édition de l’Africa Tourism Monitor de la Banque africaine de développement : les arrivées internationales ont cru de 8,9 % dans la région entre 2015 et 2016.

Aussi, au-delà de ce premier classement, plusieurs pays d’Afrique subsaharienne semblent décoller, même si les chiffres demeurent encore modestes. C’est le cas de la Sierra Leone qui, si elle n’a enregistré « que » 30 000 arrivées de touristes la même année, a connu une croissance de 126 %. Le Nigeria (+50,5 %), le Burundi (+42,7 %), l’Érythrée (+24,6 %), le Togo (+23,8 %) et Madagascar (+20 %) ont eux aussi enregistré une hausse à deux chiffres de leurs arrivées internationales, signe d’un potentiel qui décolle et ne peut que prendre de l’ampleur.

En 2016, l’Afrique ne représentait encore que 5,1 % du total des arrivées de touristes dans le monde, chiffré à 1 239 milliards, un record historique. C’est loin derrière la région Asie-Pacifique par exemple, qui a capté 24,7 % des arrivées dans le monde, et pas beaucoup plus que la région Moyen-Orient, qui en a attiré 4,1 %.

Emplois, revenus… Tendance à la hausse mais encore en deçà du potentiel

Le tourisme génère des revenus et des emplois. C’est dire si le secteur regorge d’opportunités sur le continent, où les États ont besoin d’investir et où la problématique de l’emploi est des plus aiguës – surtout pour les jeunes. En 2016, le secteur du tourisme a ainsi permis au continent d’engranger 36,2 milliards de dollars de revenus – une performance toutefois altérée par une baisse de 7,7 % par rapport à 2015.

Côté emplois, le secteur du voyage et du tourisme a représenté 22,8 millions d’emplois (directs, indirects et induits) au total sur le continent en 2017 – dont 17,2 millions en Afrique subsaharienne.

Cette année-là, 2,6 % du total des emplois en Afrique – 4,4 % en Afrique du Nord et 2,3 % en Afrique subsaharienne – étaient constitués d’emplois directs dans l’industrie touristique, au nombre de 9,3 millions. Un chiffre qui marque une hausse de 11,2 % par rapport à 2016. Les Seychelles, destination de luxe, affichait le pourcentage le plus élevé (26,5 % du total), suivies de Cabo Verde (15,8 %), de São Tomé-et-Príncipe (10,8 %), puis de l’île Maurice (7,2 %) , au coude à coude avec le Maroc (7,1%). Mais en termes numéraires, c’est au Nigeria, en Égypte, au Maroc et en Afrique du Sud, que les emplois liés au secteur sont les plus nombreux, oscillant entre 700 000 et 1,2 millions.

Les projets d’hôtellerie qui se multiplient à travers le continent ouvrent de belles perspectives en ce domaine. De fait, nombre de grandes villes souffrent encore d’un manque de capacités d’accueil, attisant l’appétit de grands groupes. Le groupe Marriott prévoit 200 hôtels à son enseigne pour 37 000 chambres à l’horizon 2026, selon son président directeur général pour l’Afrique et le Moyen-Orient Alex Kyriakidis. Une enquête produite en 2017 par W Hospitality Group – et publiée dans l’Africa Tourism Monitor – qui souligne la hausse de projets dans le secteur, avance les chiffres de 417 hôtels et 72 816 chambres en Afrique en 2017. Soit deux fois plus qu’en  2014.

Rapportés à l’échelle internationale, la performance de l’Afrique s’avère toutefois bien modeste encore, loin de son plein potentiel : le continent ne capte que 3 % des revenus que le tourisme génère dans le monde.

En Afrique, le secteur du tourisme n’en est encore qu’à la phase de décollage. Selon le Conseil mondial du voyage et du tourisme, le tourisme devrait contribuer à hauteur de 269 milliards de dollars au PIB du continent et créer 29 millions d’emplois nouveaux à l’horizon 2026. Alors, le tourisme sur le continent aura entamé sa vitesse de croisière. Une croisière vers un tourisme prospère et durable.

BAD

Check Also

Showcases investment opportunities in Africa to Nordic investors

The African Development Bank in a multidisciplinary team roadshows has presented financial products and investment …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *