Home / Actualités sur l'investissement / Sénégal:Les associations de femmes travailleuses invitées à marquer leur différence d’avec les syndicats
[APS] Dakar -La ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, Salimata Diop Dieng a invité les amicales et associations de femmes à marquer leur différence avec les syndicats, estimant qu'elles ont un rôle à jouer face au bastion résiduel des discriminations basées sur le genre.

Sénégal:Les associations de femmes travailleuses invitées à marquer leur différence d’avec les syndicats

Dakar — La ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, Salimata Diop Dieng a invité les amicales et associations de femmes à marquer leur différence avec les syndicats, estimant qu’elles ont un rôle à jouer face au bastion résiduel des discriminations basées sur le genre.

“Dans le milieu du travail, en particulier le déni du droit à la prime de réversion en cas de décès et l’accès aux avantages liés au statut de chef de famille dans certaines entreprises”, a-t-elle dit lors d’une rencontre avec les associations de femmes des institutions, ministères et sociétés.

Elle a demandé aux femmes d’apprécier les dernières avancées obtenues par la femme travailleuse, notamment l’équité fiscale, la capacité de prendre en charge son époux et ses enfants en cas de maladie et la révision du code de la nationalité dans un sens favorable à la famille et à la femme.

Aussi, Mme Dieng a émis le souhait de voir la femme travailleuse saisir toutes les opportunités offertes en termes de participation, d’expression, de valorisation de ses compétences techniques et professionnelles, mais plus globalement de réalisations individuelles et collectives.

“Cette ambition, si elle est partagée, pourrait trouver un cadre d’opérationnalisation dans la prochaine stratégie nationale pour l’autonomisation de la femme sénégalaise, devant résulter du conseil interministériel qui sera convoqué par le Premier ministre dans le cadre de l’année social”, a-t-elle prédit.

De même, elle dit mesurer à sa juste valeur tout le capital social que génèrent les dynamiques féminines, lorsque les femmes, évoluant dans des espaces mixtes de travail, disposent de cadres dédiés à leurs besoins spécifiques.

“Je compte avec vous pour faire de cette instance, un lieu d’optimisation de cette énergie et de partage d’expériences et de bonnes pratiques associatives féminines”, a encore dit la ministre de la Femme.

L’autre motivation, selon elle, tient à l’option qu’elle a prise d’inscrire dans la gouvernance de son ministère, “le renforcement et l’élargissement continus du partenariat” entre le département et le mouvement associatif féminin.

“Je considère que le processus d’impulsion des transformations institutionnelles et sociétales favorables à l’autonomisation de la femme, les organisations féminines, comme celles que vous dirigez, sont des acteurs privilégiés et doivent être compris comme des partenaires incontournables”, a dit Salimata Diop Dieng.

Elle a reçu un écho favorable à sa demande, puisque l’ensemble des femmes, pour l’essentiel présidentes d’associations ou d’amicales venues massivement, ont promis de s’inscrire dans cette dynamique et d’en informer leur base.

Elles ont promis, pour formaliser et aller toutes dans la même dynamique, de se retrouver autour du ministre de la Femme dans une quinzaine de jours, avec documents de référence à l’appui, pour trouver un cadre légal de partage et de communication pour cette nouvelle trouvaille.

Check Also

Pacte avec l’Afrique : engager des réformes pour attirer davantage d’investisseurs privés sur le continent

Soumis par Omowunmi Ladipo Le G20, le Groupe de la Banque mondiale, le Fonds monétaire …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *