Home / Actualités économiques / Investir en Afrique : une bonne affaire et une stratégie d’entreprise viable
Workers maintain the thermal power station at Takoradi, Ghana, June 21, 2006. (Photo by Jonathan Ernst)

Investir en Afrique : une bonne affaire et une stratégie d’entreprise viable

Le moment idéal pour investir en Afrique, c’est maintenant. Pourtant, les investisseurs étrangers ne se ruent pas sur le continent comme on s’y serait attendu, parce que les décisions d’investir à l’étranger sont souvent structurées de façon méthodique et très minutieuse. Le niveau trop élevé du risque en est l’un des facteurs évoqués. Or le risque et le profit sont des frères siamois : les investissements à risque élevé sont souvent associés à des bénéfices plus importants.

L’Afrique est la région la plus rentable au monde. Un rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement indique qu’entre 2006 et 2011, l’Afrique a enregistré le taux le plus élevé de rendement des investissements directs étrangers, soit 14 %, à comparer aux taux de 9,1 % en Asie, 8,9 % dans la région Amérique latine et Caraïbes. Le taux à l’échelle mondiale est de 7,1 %. Les exemples d’entreprises qui réalisent de très juteux bénéfices en Afrique sont légion : en 2017, Sonatrach a enregistré, pour ses seules activités pétrolières et gazières, un chiffre d’affaires de 33,2 milliards de dollars EU ; le groupe MTN a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 10 milliards de dollars ; et le groupe Dangote a quant à lui affiché 4,1 milliards de dollars EU au compteur. Divers facteurs rendent les perspectives de rentabilité de l’Afrique plus radieuses et font qu’il est impératif pour les entreprises européennes, nord-américaines, asiatiques et latino-américaines d’investir sur le continent et de contribuer ainsi à son progrès socioéconomique.

Les perspectives de croissance économique en Afrique comptent parmi les plus prometteuses au monde. Six des 12 pays à plus forte croissance sur la planète se trouvent en Afrique (Éthiopie, Côte d’Ivoire, Mozambique, Tanzanie, République démocratique du Congo et Rwanda). Qui plus est, selon le FMI, entre 2018 et 2023, les perspectives de croissance de l’Afrique seront des plus intéressantes au monde. La bonne nouvelle est que les secteurs où les entreprises étrangères pourraient avoir un avantage comparatif, notamment la banque, les télécommunications et les infrastructures, font partie des moteurs de la croissance économique actuelle de l’Afrique — ce qui ouvre des possibilités d’investissement manifestes pour ces entreprises.

Face au vieillissement de la population de la plupart des autres régions du monde, la population de l’Afrique, jeune et en expansion, constitue un marché formidable. Selon les prévisions, la population du continent devrait quadrupler, passant de 1,19 milliard d’individus en 2015 à 4,39 milliards à l’horizon 2100. La seule année 2015 a vu 200 millions d’Africains faire leur entrée sur le marché des biens de consommation. L’optimisation d’un marché de cette taille qui est en plein essor appelle des mesures concrètes pour assurer la transformation structurelle de l’économie de l’Afrique.

La jeune population de l’Afrique contribue à l’abondance de main-d’œuvre, qui représente l’un des potentiels les plus importants pour une industrialisation à forte intensité de main-d’œuvre, et baisse les coûts de production, ce qui donne lieu à des bénéfices qui dépassent largement le coût de la conduite des affaires sur le continent. Le salaire horaire en Afrique est inférieur à 50 cents (il est par exemple de 0,27 dollar EU au Mozambique, 0,34 dollar EU au Nigéria et 1,62 dollar EU au Maroc), à comparer à 10,49 dollars EU au Royaume-Uni, 7,25 dollars EU aux États-Unis et 6,57 dollars EU au Japon. La participation d’un plus grand nombre d’entreprises étrangères peut contribuer à relever les salaires en Afrique, améliorer l’efficacité du marché du travail et générer des ressources supplémentaires au profit de ceux laissés sur la touche en raison de leur âge.

Les importantes réserves africaines de ressources naturelles font espérer un avenir prometteur pour le développement des chaînes de valeur. Les secteurs de l’agriculture et des industries extractives constituent la clé de voûte des chaînes de valeur nationales, régionales et mondiales. L’Afrique abrite 60 % des terres arables non cultivées dans le monde. En 2015, le continent a produit 13 % du pétrole mondial, contre 9 % en 1998. La croissance de la production de pétrole et de gaz naturel entre 1980 et 2012 a observé une tendance remarquable : la production de pétrole est passée de 53,4 milliards de barils à 130,3 milliards de barils ; et celle de gaz naturel de six billions de mètres cubes en 1980 à 14,5 billions de mètres cubes en 2012. En fin 2012, l’Afrique contrôlait également 53,9 % des ressources mondiales en diamants. En 2017, la République démocratique du Congo représentait à elle seule 58 % du cobalt mondial (une matière utilisée dans la production de composants électroniques) tandis qu’en 2016 l’Afrique du Sud s’arrogeait 69,6 % de la production mondiale de platine (utilisé dans la fabrication de convertisseurs catalytiques et d’autres produits). Le fait d’investir activement dans la valorisation de ces produits, entre autres activités extractives, déterminera les activités économiques mondiales des cinq prochaines décennies.

Enfin, les évolutions internes dans les différents pays donnent du crédit à l’idée que le programme de transformation économique de l’Afrique est effectivement en marche. Une plus grande prudence macroéconomique et l’amélioration de la gouvernance globale sont quelques-unes de ces évolutions. À titre d’exemple, l’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine 2017 montre que l’indice global de gouvernance de l’Afrique s’est amélioré au rythme annuel de 1,4 % depuis 2007, soit une progression de plus de 5 % dans au moins 12 pays (notamment la Côte d’Ivoire, la Tunisie, le Rwanda et l’Éthiopie). Ces avancées contribuent à atténuer l’idée que de nombreux investisseurs se font du risque sur le continent.

Les gouvernements africains devraient s’appuyer sur cette tendance positive pour optimiser les investissements étrangers. Ce qui signifie, entre autres, éliminer la corruption ; améliorer la sécurité et la sûreté ; renforcer l’environnement macroéconomique ; investir dans une éducation de qualité et dans le développement des compétences en science, technologie et innovation ; et éviter le « syndrome du nivellement par le bas », qui consiste à accorder des exonérations et des dérogations fiscales inutiles aux sociétés étrangères.

Pour les investisseurs étrangers, investir en Afrique représente une bonne affaire et une stratégie d’entreprise viable. Les gouvernements et le secteur privé des pays avancés et des pays émergents devraient saisir au vol ces nouvelles opportunités d’investissement rentable. Une mesure essentielle pour attirer les IDE consiste à utiliser l’aide publique au développement pour tirer parti du climat d’investissement en Afrique et en éliminer les risques. L’opération de l’agence japonaise Nippon Export and Investment Insurance (NEXI) visant à assurer une unité de production au Ghana est une initiative louable qui devrait être poursuivie à une plus grande échelle et soutenue par d’autres acteurs.

La réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) en Afrique offre des possibilités d’investissement aux entreprises étrangères. Les bons exemples ne manquent pas : la technologie des moustiquaires de Sumitomo Chemical aide à lutter contre le paludisme ; la technologie de désalinisation de l’eau de mer de Sonatrach, JGC et Hitachi accélère l’accès à l’eau potable ; et l’assurance fondée sur des indices météorologiques de Commodity Risk Management Group et Sompo Japan Niponkoa contribue à atténuer les effets du changement climatique. En Afrique, chaque ODD offre des solutions commerciales et des possibilités d’investissement aux entreprises étrangères.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre avec les gouvernements africains et les acteurs du secteur privé à l’élimination des risques et à l’amélioration du climat d’investissement sur le continent. Certains des efforts déployés par le PNUD portent sur l’élaboration de stratégies et la mise en place de pôles d’activité industriels, la promotion de zones économiques spéciales, l’élargissement de l’accès à l’énergie, la mobilisation et la sensibilisation en faveur du développement des chaînes de valeur dans les pays, et l’appui à la promotion des investissements par le biais de la Conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique.

Le moment idéal pour investir en Afrique, c’est maintenant !

AYODOLE ODUSOLA (AFRIQUE RENOUVEAU)

Check Also

La richesse des nations : les administrations peuvent mieux gérer ce qu’elles possèdent et doivent

Vitor Gaspar, Jason Harris et Alexander Tieman Quel est l’état de vos finances personnelles? La …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *