Home / Actualités sur l'investissement / Cote d’Ivoire:”Casse” d’Abobo – Plus de 11.000 ferrailleurs plaident pour un nouveau site de recasement
[Fratmat.info] 11.142 membres de l'Association des ferrailleurs de Côte d'Ivoire (Aferci) plaident auprès des autorités compétentes pour un nouveau site propice afin d'exercer leurs activités dans la quiétude.

Cote d’Ivoire:”Casse” d’Abobo – Plus de 11.000 ferrailleurs plaident pour un nouveau site de recasement

Par Alfred Kouamé

11.142 membres de l’Association des ferrailleurs de Côte d’Ivoire (Aferci) plaident auprès des autorités compétentes pour un nouveau site propice afin d’exercer leurs activités dans la quiétude.

Telle est en substance, l’une des doléances formulées par Diallo Siriki Aboubacar, le président de cette organisation, le jeudi 26 avril 2018, à la « Casse » d’Abobo-Anador, à l’occasion du lancement officiel de son programme d’activités.

Ces travailleurs sont répartis dans plusieurs secteurs d’activités, notamment la réparation artisanale, la mécanique générale, la vente des pièces détachées, la tôlerie et l’électricité automobile, le recyclage, etc.

En effet, sommés de quitter l’actuel site en raison de plusieurs griefs à leur encontre, les ferrailleurs de la « Casse » attendent toujours le nouvel espace propice au développement de leurs activités.

Depuis 2003 qu’ils occupent le site du Banco, il leur est souvent reproché d’obstruer la voie express Abobo-Adjamé, les stationnements abusifs, les occupations anarchiques des trottoirs créant ainsi des encombrements à toute heure, l’insécurité, l’insalubrité liée aux déchets dérivés de leurs multiples activités (fumées, huile de moteurs, résidu de fer… ), la question de l’assainissement du quartier et surtout la difficile cohabitation avec les riverains en raison des nuisances sonores et de la dégradation du cadre de vie de ces derniers.

« Ce site est devenu trop exigu du fait du nombre croissant de travailleurs sur le même espace. Nous sommes aussi conscients des désagréments que nous causons. Nous sommes prêts à déguerpir pourvu que l’on nous attribue un site de recasement », révèle le président de l’Aferci.

Mais, en attendant, ces ferrailleurs sollicitent l’appui des autorités municipales et policières pour les questions relatives à la gestion de la fluidité routière à cet endroit.

Pour l’année 2018, l’Aferci veut mettre l’accent, entre autres, sur la formation des artisans, mener des actions sociales, promouvoir les activités liées au recyclage des « fers morts », des séances de sensibilisation à la cohésion sociale avec les travailleurs et leur voisinage.

Les autorités présentes à cette cérémonie ont demandé aux artisans de se former pour être professionnels dans les différents secteurs d’activités.

Check Also

Ile Maurice:Employés étrangers maltraités – Chuttoo dénonce «un système mafieux qui favorise le trafic humain»

[L'Express] Le président de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé (CTSP), est catégorique. «Il y a un système mafieux qui favorise le trafic humain à Maurice.» Reaz Chuttoo intervenait à l'issue d'une réunion avec les officiers du ministère du Travail, ce jeudi 10 mai.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *