Home / Actualités économiques / L’Afrique de l’Est enregistre la plus forte croissance du continent et des progrès sociaux historiques.

L’Afrique de l’Est enregistre la plus forte croissance du continent et des progrès sociaux historiques.

Avec un taux de croissance annuel moyen de 6,7 % entre 2013 et 2017, soit le double de la moyenne africaine, l’Afrique de l’Est est l’une des régions du monde où la croissance est la plus rapide. Cela se traduit par des progrès importants en matière de développement social. Au cours de la dernière décennie, l’espérance de vie moyenne a augmenté de 5,3 années, certains pays enregistrant des progrès historiques (l’accroissement de l’espérance de vie a atteint 8,5 années au Kenya et au Rwanda).

« Il y a bien sûr encore de nombreux défis à relever, notamment la nécessaire accélération du rythme ce création d’emplois pour répondre à la demande liée à la croissance rapide de la population, mais dans l’ensemble, les progrès ont été impressionnants. L’espérance de vie est un bon indicateur du niveau de vie et l’amélioration a été l’une des plus rapides de l’histoire », a déclaré Andrew Mold, le Directeur par intérim de la CEA en Afrique de l’Est, présentant un aperçu des évolutions économiques et sociales dans la région au cours de la session d’ouverture de de la 22e réunion du Comité intergouvernemental d’experts, ICE.

Cette réunion de trois jours, organisée à Kigali au Rwanda par la CEA en Afrique de l’Est, réunit plus de 250 acteurs économiques et décideurs des 14 pays que couvre le bureau régional.

En 2019, la région devrait connaître une croissance de 6,2 %, grâce à un rythme soutenu d’investissements publis et privés, un climat politique apaisé dans la Corne de l’Afrique, et les nouvelles perpsectives commerciales créées par la zone de libre-échange continentale africaine, la ZLECA.

Uzziel Ndagijimana, Ministre des Finances et de la Planification économique du Rwanda a noté qu’à « de nombreux égards, l’Afrique de l’Est est une région à l’avant-garde des tendances continentales – que ce soit en termes de progrès économiques ou de développement social – avec l’espérance de vie et d’autres indicateurs sociaux en nette amélioration au cours des dix dernières années. »

Parmi les défis à relever figurent l’impact du changement climatique sur la production agricole, l’endettement croissant de certains pays et les incertitudes sur la paix et la sécurité. Les menaces pesant au niveau mondial sur la demande mondiale et le spectre des conflits commerciaux pourraient également avoir une incidence sur la croissance régionale. Dans ce contexte, la CEA estime que les pays africains devraient concentrer leurs efforts sur le renforcement des relations commerciales régionales, qui sont plus résilientes et dynamiques.

La réunion du CIE portera principalement sur la mise en oeuvre de l’accord établissant la ZLECA (AfCFTA), et le renforcement de l’intégration régionale.


Contact : Didier Habimana (+250 788 493 377), Priscilla Lecomte (+250 733 111 321)

Les 14 pays couverts par le bureau de la CEA pour l’Afrique de l’Est sont: Le Burundi, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, l’Erythrée, l’Ethiopie, Madagascar, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, les Seychelles, la Somalie, le Soudan du Sud et la Tanzanie.

Check Also

Bâtir une économie numérique africaine : la CEA signe un accord avec l’UE pour accélérer la création d’un marché unique

En marge de la conférence Afrique-Europe qui s’est tenue ce mardi, à Vienne, la Commission …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *